Archives

Calendrier

  • 22 octobre 2017 09:30Messe - Montbert
  • 22 octobre 2017 11:00Messe - Aigrefeuille
  • 24 octobre 2017 18:30Célébration Pénitentielle - Le Bignon
  • 28 octobre 2017 11:00Célébration Pénitentielle - Individuelles - Aigrefeuille
AEC v1.0.4

Fête paroissiale – L’homélie de Jérôme, un projet pour notre paroisse

Homélie pour le 27e dimanche du temps ordinaire (A)

Encore une parabole autour de la Vigne. Décidément, dans cette section de l’évangile selon Saint Matthieu, Jésus n’hésite pas à utiliser ce procédé pédagogique pour faire passer son enseignement à un entourage dur d’oreille et à la nuque raide.
Derrière la Vigne on peut voir le Peuple d’Israël ; le propriétaire c’est Dieu lui-même. Les vignerons ce sont les spécialistes de la Loi, et le clergé qui à l’époque de Jésus détiennent une certaine autorité sur la doctrine, et contrôlent la vie religieuse. Ils sont là autour de Jésus quand il raconte cette histoire.
Voyez comme le propriétaire de la Vigne en prend soin, comme il est patient. Comme Dieu aime son Peuple ! Histoire d’amour entre Dieu et les hommes. Ce propriétaire, avouons-le, apparaît un peu bonace et naïf. Il envoie je ne sais combien de serviteurs qui se font tuer, et puis son Fils…non mais ! Humainement, qui aurait envoyé son Fils sachant qu’il risque de se faire massacrer ? C’est bien de lui-même que Jésus parle dans cette parabole, et avant lui de tous ces prophètes – serviteurs de la Parole – qui ont donné leur vie pour faire revenir le Peuple vers son Dieu. Les chefs des prêtres et les scribes ne sont pas dupes, ils comprennent bien que Jésus les vise. L’autorité qu’ils ont reçue de Dieu sur le Peuple d’Israël est un don. Comme les vignerons, certains se sont coupés de celui qui leur a remis cette autorité, sa confiance. Ils ne se doutent pas que l’autorité du Fils, de Jésus, va se manifester non pas par la violence ou la vengeance mais par l’amour crucifié.
Cette aventure du Peuple d’Israël, c’est l’aventure de l’humanité dans sa relation avec Dieu, c’est notre aventure commune, c’est l’aventure de l’Eglise et de notre paroisse. Malgré la clôture et la tour de garde installées par le propriétaire pour protéger sa vigne, le danger vient, non pas de l’extérieur, mais de l’intérieur. C’est le comportement des vignerons qui amène la catastrophe, pourtant ils souhaitent vraiment faire fructifier cette Vigne, ils ont un grand désir de faire prospérer ce domaine. Mais leur projet est perverti à la racine par leur convoitise, ils oublient qu’ils ne sont pas les propriétaires…
Toutes proportions gardées, nous pouvons faire le parallèle avec notre responsabilité de chrétiens au cœur de l’Eglise, la Vigne nouvelle. L’Eglise est un don que Dieu nous fait. L’Eglise se reçoit de Dieu, et tous nos efforts, toutes nos œuvres ne nous différencient pas d’une association de personnes ou d’un club si nous oublions de faire monter nos œuvres vers le maître d’œuvre. Dans son histoire, l’Eglise a bien souvent manqué de se fossiliser, de ne plus laisser passer ce souffle de l’Esprit à travers elle. Cela est arrivé quand ses responsables oubliaient qu’ils étaient serviteurs et non propriétaires. Allons plus loin…nous pouvons faire des choses pour Dieu, pour notre paroisse avec un réel don de nous-même, une vraie fidélité et ne plus avoir conscience que c’est d’abord chacun d’entre nous qui est une œuvre, un chef-d’œuvre que Dieu veut façonner, accompagner, guider. C’est pourquoi, s’il l’on veut bien entendre la parole de notre Pape François, l’évangélisation se vivra si et seulement si nous sommes conscients que l’outil premier pour annoncer la Bonne-nouvelle c’est chacun d’entre nous.
Il s’agit de reconnaitre que notre paroisse est regardée et aimée par Dieu et qu’il veut qu’elle donne de bons fruits ; cela demande aussi que nous continuons de demander à son « Propriétaire » le maître de la Vigne, son avis et son inspiration. Peut-être allons-nous prendre conscience de clôtures que nous avons dressées entre nous, entre communautés, avec ceux qui frappent à la porte…ces clôtures ce sont aussi la force de l’habitude, des « on a toujours fait comme ça » et cela n’est pas toujours facile à reconnaître, tous nous connaissons de ces fonctionnements… et résistances au changement…

Poursuivons nos efforts afin que cette Vigne soit un lieu d’accueil et de ressourcement pour le plus grand nombre de nos contemporains qui habitent sur notre territoire. Avec l’EAP nous allons travailler un nouveau projet pastoral en prenant le temps la réflexion : comment cultiver notre vigne c’est-à-dire la paroisse avec joie et confiance ; qu’est-ce qui doit évoluer en nous, dans nos mentalités, pour mieux annoncer le Christ ? La fréquentation des Ecritures, la réflexion avec d’autres sur des thèmes de la vie, sont de réels atouts que l’Eglise possède : un parcours « B’Abba » sera proposé prochainement. Tous nous avons besoin de nous poser, et les jeunes adultes pris dans de multiples occupations doivent s’arrêter ; en allant les rencontrer pour leur porter le cierge qui servira au baptême de leur enfant nous nous mettons en mouvement en refusant de nous retrancher derrière la clôture ; en cultivant la proximité sans crainte, car l’Esprit de Dieu nous accompagne; en associant de manière plus étroites les parents lors de la catéchèse et la communion nous voulons leur faire découvrir que la foi n’est pas que pour les enfants. Ce qui est bon pour leur progéniture est bon pour eux. Cette année il sera bon aussi de nous réinterroger sur le sacrement du pardon. Tous nous avons ressenti à un moment ou un autre le besoin de nous retrouver en face du proche pour vivre la réconciliation. Le sacrement du pardon nécessite à un moment ou un autre d’avoir une personne en face de nous pour le temps de l’échange, du partage afin de signifier la présence du frère et de la communauté et du Christ ; le prêtre est heureux de ces rencontres authentiques et fraternelles ; un KT dimanche au mois d’avril sera l’occasion de réinterroger sur nos pratiques, sans nous crisper.

Frères et sœurs, « En avant la mission, pour le royaume ! », pour la Vigne, pour notre paroisse ! Amen

 

Amen

Père Jèrôme

, ,

Aucun commentaire, soyez le premier !

Laisser un commentaire

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.