Archives

Calendrier

  • 22 octobre 2017 09:30Messe - Montbert
  • 22 octobre 2017 11:00Messe - Aigrefeuille
  • 24 octobre 2017 18:30Célébration Pénitentielle - Le Bignon
  • 28 octobre 2017 11:00Célébration Pénitentielle - Individuelles - Aigrefeuille
AEC v1.0.4

Une Homélie, comme une prière, Merci Jérôme !

Homélie de Jérôme du 03/09/2017

Pour la dernière fois parmi vous, je ne vais pas faire une homélie ordinaire. Je voudrais m’appuyer sur les chants que j’ai choisis et qui sont tous tirés de la Bible.

Jubilez, criez de joie, acclamez le Dieu trois fois saint.

La joie est le premier mot que je vous partage. J’ai vécu beaucoup de joies parmi vous. Il y a bien sûr la tristesse de vous quitter maintenant. Mais quand on acclame Dieu, on découvre une joie qui dure. C’est la louange qui a été mon moteur pendant ces quatre années avec vous. Vous savez, on ne crée pas la joie de soi-même, on la reçoit. Le monde en a besoin. Alors allons puiser la joie de Dieu sans chercher d’autre raison que de remercier Dieu d’être Dieu.

Nous te rendons grâce pour tant de tendresse

La tendresse est si importante. Je ne suis pas quelqu’un de sentimental… ou du moins je ne l’exprime pas beaucoup.  J’avais été impressionné cependant par la première homélie du pape François où il parlait de la tendresse. N’ayons pas peur de nous aimer, et mieux de nous dire que nous nous aimons. Je ne l’ai pas fait encore je pense, et c’est un tort : alors je vous le dis sincèrement : vous êtes tous très cher à mon cœur, et pour moi vous avez beaucoup d’importance.

Mon Père je m’abandonne à toi

C’est une prière que je dis tous les jours. Quand j’ai appris que je partais d’Aigrefeuille, je me suis dis : il ne s’agit pas simplement de la dire, mais de la vivre. L’abandon signifie « faire confiance », et c’est la confiance, rien que la confiance qui doit nous conduire à l’amour. Dans l’Evangile, Jésus nous dit de prendre notre croix pour le suivre. Cela ne signifie pas nécessairement qu’il y aura de grandes souffrances. Prendre sa croix, ce n’est pas souffrir, mais c’est renoncer à soi-même, renoncer à sa propre volonté. C’est imiter Jésus qui a dit ; Père je remets ma vie entre tes mains. Le jour de mon ordination, j’ai remis les miennes entre les mains de l’évêque, et c’est ma joie.

Je vous ai choisi, je vous ai établis

Je voudrais prier avec vous pour les vocations. Nous en avons tous une. Si nous ne l’avons pas découverte, demandons à la Vierge Marie qui nous guidera, elle qui a vraiment su accueillir l’appel de Dieu.  Bien sûr, je crois que nous aurons besoin de futurs prêtres, et de toutes les vocations. Dieu nous a choisis, frère et sœurs. C’est un grand mystère. Pourquoi nous ? Nous le disons à la messe ; tu nous as choisis pour servir en ta présence. Servir, c’est-à-dire prêter nos mains, notre voix, ouvrir notre cœur. En ta présence, car n’oublions pas que l’esprit de Jésus est toujours là avec nous. Quand Jésus a dit « je vous ai choisis », c’était au cours de la première messe. Il ne pensait pas simplement aux apôtres qui étaient avec lui, mais à tous ceux qui communieraient à lui.

Allez dans le monde entier partout proclamez la bonne nouvelle.

La messe est un envoi. C’est même ce qui a donné ce nom populaire à l’eucharistie : une messe, ite missa est. Allez, c’est l’envoi. Quelle étrange idée de désigner ce sacrement merveilleux ou Jésus se donne à nous par un mot qui signifie « Partez ». Et pourtant, l’envoi est très important. Ne sommes-nous pas des disciples missionnaires ? Nous ne pouvons pas garder pour nous ce qui nous fait vivre. Il faut y aller. Sans hésiter, sans attendre un temps où les choses seront plus faciles, où on pourra plus facilement parler de la foi. Il faut y aller, parler de Dieu, parler de Jésus. Et puis vous reviendrez à la messe, comme les disciples après leurs expéditions missionnaires, revenaient auprès de Jésus réentendre sa parole, se ressourcer auprès de lui.

Il semblerait que les vendanges soient plus tôt que d’ordinaire cette année. Le vin sera sans doute très bon ! La vigne, c’est 22000 personnes habitant sur notre paroisse. Revêtez-vous de joie, revêtez-vous de tendresse, abandonnez-vous avec confiance au Seigneur, soyez sûr qu’il vous a choisis et alors … Allez ! Partout proclamez la bonne nouvelle !

Les commentaires sont fermés pour cet article.